À quoi ressemblait l’expérience de Stanford ?

Voici une expérience classique de Psychologie générale et plus spécifiquement de Psychologie Sociale en particulier ; l’expérience bien connue et si intéressante de l’expérience de Stanford.

En quoi consistait cette expérience, pourquoi est-elle devenue si populaire, quelles applications pouvons-nous mettre en évidence sur le plan pratique et quelles conclusions en avons-nous tirées ?

En quoi consistait l’expérience de Stanford ?

Cette expérience a été menée par un psychologue social bien connu de l’Université de Stanford nommé Philippe Zimbard dans les années 1970, étudiant les relations entre comportements, rôles et agressivité.

Zimbardo a cherché à étudier l’influence de l’environnement extrême, vie carcérale dans les comportements développés par les personnes selon les rôles sociaux qu’elles ont développés : prisonnier et gardien.

L’expérience visait à voir si le comportement habituel d’une personne pouvait être modifié face à un changement radical d’environnement et s’il changeait également lors de l’obtention d’un nouveau rôle à représenter dans cet environnement.

Pour ce faire, il a convoqué de jeunes universitaires en psychologie et les a répartis au hasard en deux groupes :

  • certains représentaient le rôle des gardes et de la police
  • et d’autres, le rôle de prisonniers et de condamnés, qui devaient vivre ensemble dans une cellule fictive installée dans les laboratoires de psychologie de ladite université.

Les jeunes prisonniers étaient « arrêtés » à l’improviste et emmenés dans cette prison où leurs « compagnons » policiers, qui avaient reçu des matraques et portaient des uniformes militaires, en plus de porter des lunettes à effet miroir qui empêchent le contact visuel.

Toute l’expérience a été surveillée par des caméras.

Une autre clé de cette expérience était Zimbardo lui-même, chef de l’expérience, qui a dirigé l’enquête et a assumé le rôle de « surveillant général » ou gardien de prison.

Parmi les tâches dans le cadre de du poste de « surveillant général » ils devaient tenir à distance la violence croissante et les démonstrations de pouvoir arbitraires des gardes, au lieu d’exiger des réactions toujours plus extrêmes de la part des participants ; Il est important de souligner que Zimbardo n’a jamais donné de directives pour proposer un mauvais comportement au groupe de policiers, de geôliers et de gardes et rappelez-vous également qu’il n’y avait pas de prix ou de récompense finale.

A lire aussi :   Journal de gratitude. Dites plusieurs fois "merci" et vous verrez le résultat

L’idée était « jouer », interpréter et recréer le décor carcéral, rien de plus.

Par exemple, le deuxième jour de l’expérience, un groupe de prisonniers s’est rebellé contre les règles coercitives et les restrictions de la situation. Zimbardo a dit aux gardes qu’ils devaient gérer seuls cette tournure surprenante des événements.

Tout cela lui a permis de confirmer la pouvoir de la situation et pas tant des dirigeants changer le comportement des gens.

Qu’est-il arrivé durant l’expérience de Stanford?

Les choses ne se sont pas passées comme prévu et c’est qu’au fur et à mesure que l’expérience avançait la situation devenait incontrôlable et c’était prévu pour une durée de deux semaines.

Mais Zimbardo a dû l’arrêter et l’annuler 6 jours après le début à la suite des abus qui ont commencé à être commis par les « sadiques » gardiens, qui les traitaient de manière humiliante (privant de nourriture, allant aux toilettes, les faisant dormir par terre, les dévalorisant, les insultant, violence psychologique abus de pouvoir, violence physique…) au groupe de détenus et en constatant les niveaux de stresse et l’affectation émotionnelle que les prisonniers ont montré.

Progressivement et petit à petit, même le meilleur des personnages du groupe de geôliers est devenu violent, avec perte d’empathie.

Conclusions et applications pratiques sur l’expérience de la prison de Stanford

  • Il a été dit que cette expérience a confirmé le pouvoir situationnel et l’importance de l’environnement, qui implique l’ambiguïté des limites des rôles, la permission autoritaire ou institutionnalisée de se comporter de manière prescrite ou d’accomplir des actions qui seraient normalement limitées par les lois, les normes, la morale et l’éthique. En d’autres termes, il est censé être la situation qui a provoqué le comportement des participants et non leurs personnalités individuelles. La situation, le contexte et l’environnement ont donc provoqué des changements dans le comportement des participants.
  • Au-delà de cette conclusion que l’obéissance s’obtient lorsqu’il existe un cadre idéologique légitimant et, surtout, un soutien institutionnel, si l’on met l’accent positif, on peut conclure qu’il y a quelque chose de très important et de très humain, qui est la perspective et la distance.
A lire aussi :   Manipulation psychologique, vous me manipulez ?

Nous pouvons tirer cette conclusion des observations d’un autre participant à l’expérience qui était la seule personne à remettre en question la moralité de ce qu’il faisait, Christina Maslach une jeune fille récemment diplômée de son doctorat, qui a présenté le point de vue d’un « étrange », Être témoin des transformations inimaginables dans le caractère des participants (et d’elle-même) et défier héroïquement l’autorité pour mettre fin à l’étude. Elle leur a rappelé leur responsabilité éthique quant aux conséquences et au bien-être des jeunes qui leur sont confiés en tant que participants à la recherche.

Selon les propres mots de Maslach : « Contrairement à tout le monde, je n’avais pas été un participant consentant lorsque l’étude a commencé et je n’avais pas vécu ses événements puissants depuis le début. Contrairement à tout le monde, je n’avais pas de rôle socialement défini dans ce contexte carcéral. Contrairement aux autres, je n’étais pas là tous les jours, me laissant emporter par la situation qui changeait et empirait peu à peu. Donc la situation dans laquelle je me suis retrouvée à la fin de la semaine n’était pas vraiment « la même » que tout le monde. »

On veut dire, il lui manquait son histoire, son lieu et sa perspective !

Pour chacun de ceux répartis dans les groupes, la situation a été interprétée comme s’ils étaient toujours dans la fourchette normale, alors que pour elle, ils ne l’étaient pas. Cela lui ressemblait à une maison de fous.

La distance lui a permis d’avoir une perspective et d’être en mesure de remettre en question ce qui se passait et de prendre des décisions à ce sujet.

  • L’expérience montre que certaines situations peuvent exercer une influence puissante sur les gens, les amenant à se comporter d’une manière qu’ils ne pouvaient pas prévoir à l’avance. La situation influence le comportement humain et mettre les bonnes personnes dans un mauvais endroit les fait mal agir ou se résigner à être maltraité aussi appelé « Effet Lucifer ».

Et cela nous arrive tous les jours, dans la vie de tous les jours nous nous comportons différemment selon le rôle que nous avons dans un contexte ou une situation: à la maison en tant que mère/père, au bureau en tant que travailleur, lors d’une soirée entre amis…

A lire aussi :   Psychologie positive au travail : les clés pour la mettre en pratique

Lisez cet exemple et réfléchissez s’il vous est familier : une personne qui ne nous connaît que dans le cadre du travail, peut être surprise par notre comportement lors d’une soirée, car elle s’est fait une idée de notre personnalité basée uniquement sur un seul contexte .

  • Peut-être Les dirigeants n’ont pas autant d’influence qu’on le croit parfois. Au moins la situation conditionnera grandement son influence. Cela a à voir avec le rôle joué par Zimbardo lui-même, qui pendant l’expérience a joué le rôle de « surveillant général » prison et aurait conseillé et encouragé les actions des « gardes ».
  • Nous pouvons éviter ces situations ou, du moins, ces extrêmes indésirables, mettre en jeu certains atouts comme le courage, l’honnêteté, l’équité ou la perspective, qui nous permettent même de douter de la moralité d’une expérience, comme l’a fait ce participant et, au moins, nous permettent de faire preuve d’empathie et d’être plus compatissants et gentils avec les autres, en comprenant qu’à tout moment nous pouvons être de l’autre côté.

Laisser un commentaire