Acathisie : le moteur interne

L’acathisie a d’abord été décrite comme une manifestation de l’anxiété, puis comme un effet indésirable de l’anxiété, enfin comme un effet indésirable des médicaments, en particulier des neuroleptiques, et comme une manifestation inhabituelle de la maladie de Parkinson. En 2011, ce syndrome a fait l’objet d’une enquête et il a été découvert que de nombreuses personnes en souffrent, qu’il affecte les femmes enceintes et que l’hyperactivité du cortex moteur peut en être la cause. La dopamine est également impliquée, qui est un messager chimique qui aide à contrôler le mouvement. dans le système nerveux central.

Définition de l’acathisie

Le terme akathisie vient du grec et signifie littéralement : « ne t’assois pas ».

Un patient sur quatre qui vient à l’unité du sommeil pour une insomnie chronique souffre de ce trouble du mouvement, ce besoin urgent de bouger et entre 2 et 3% de la population occidentale en souffre, et il a également été démontré qu’il est guérissable.

Les symptômes décrits ci-dessus sont liés au témoignage d’une personne souffrant d’akathisie : sensation d’agitation, tension interne, besoin continu de bouger, qui apparaît généralement en période d’inactivité, au travail ou en voiture, affecte le sommeil, rompt le rythme circadien rythmes, produit du stress et peut être la cause d’une maladie des jambes.

Les causes de l’acathisie

On ne connait pas les causes, bien que certains facteurs liés soient:

  • Comme le manque de fer.
  • Diabète.
  • sclérose en plaques.
  • maladies rénales chroniques.
  • Consommation d’antipsychotiques de première et deuxième génération.
  • Acide valproïque.
  • Lithium.
  • Antidépresseurs.

Les types d’acathisie

La classification de l’akathisie en différents sous-types concerne principalement le moment où les symptômes commencent à apparaître, plus précisément, ce trouble du mouvement est divisé en 3 types :

  1. Acathisie aiguë : Il apparaît après le début d’un traitement avec des médicaments psychoactifs.
  2. Acathisie tardive: Elle peut apparaître jusqu’à des mois ou des années après l’administration du traitement qui la provoque.
  3. par retrait: peut être débuté dans les 6 semaines suivant l’arrêt du traitement.
A lire aussi :   Anxiété et stress avant les examens

Augmentez votre bien-être grâce à vos forces avec 7 défis quotidiens simples.

Les symptômes

Les principaux symptômes sont : l’impossibilité de rester immobile : sensation d’agitation, besoin de continuer à bouger, ou envie de garder les jambes agitées, croisant et décroisant les jambes, se tordant, gémissant.

De plus, d’autres symptômes sont associés à ce syndrome :

  • Dysphorie: à l’opposé de l’euphorie, c’est une émotion désagréable ou gênante.
  • Anxiété.
  • Labilité émotionnelle: ce sont des accès de pleurs ou de rires fréquents, involontaires et incontrôlables, exagérés ou sans rapport avec l’état émotionnel.
  • Fatigue.
  • Hypertension.
  • Taskinèse: tendance à bouger et à marcher (s’asseoir et se lever continuellement)
  • Dystonie: Il s’agit d’un effet secondaire inclus dans ce qu’on appelle les symptômes extrapyramidaux.
  • Crise oculogyre: déviation du regard vers le haut
  • Contractions musculaires.
  • Problèmes d’attention.

Traitement

Si le syndrome est produit par des médicaments psychoactifs, il peut être traité en réduisant la dose du médicament qui l’a produit, surtout lorsqu’il est léger.Il faut tenir compte du fait que l’amélioration prend du temps à arriver après la réduction de la dose et que cela peut entraîner une rechute, le médicament peut également être changé.

Lorsque l’akathisie est sévère, elle peut devenir inconfortable et produire beaucoup d’anxiété, en plus d’être une cause, elle peut être une conséquence. C’est pourquoi, en plus de réguler les médicaments qui peuvent le produire, il est important de faire beaucoup de sport, de prendre peu de stimulants, de réduire le stress, de pratiquer la méditation et la relaxation, il est important de changer son mode de vie, de bien s’alimenter, de bouger vos jambes beaucoup, réduire la consommation de tabac et d’alcool et prendre soin de l’hygiène du sommeil.

A lire aussi :   Blocage mental : le trébuchement de l'émotion

Comment réduire l’anxiété pour ne pas perdre le contrôle du mouvement ? Bien qu’il s’agisse d’un syndrome neurologique produit principalement par la consommation de psychotropes, il est étroitement lié à l’anxiété, nous pouvons aider à la réduire en commençant à faire une respiration consciente (Enrique Rojas) : Lorsque nous portons un fardeau important d’anxiété, nous mettons inutilement une pression sur tous nos mécanismes vitaux, qui se traduit par une respiration rapide, des palpitations, des sueurs froides, des vertiges et bien d’autres symptômes désagréables.

Un exercice largement utilisé dans les thérapies comportementales consiste précisément à ralentir et à désactiver cet état d’alerte constant par la respiration qui peut être pratiquée n’importe où et en seulement 10 minutes, il a un effet calmant qui aide à se concentrer :

  • Tout d’abord, nous allons amener la respiration à un rythme lent, impliquant le ventre, la poitrine et les clavicules, qui doivent remonter à chaque inspiration
  • Notre respiration sera suffisamment lente lorsque nous n’entendrons plus le passage de l’air.
  • Concentrez votre attention sur les narines, pendant dix minutes nous nous concentrerons sur l’air qui entre et sort doucement comme une brise légère
  • Se concentrer sur sa respiration aide à vider son esprit. Même ainsi, si pendant l’exercice des pensées agaçantes nous viennent à l’esprit, nous ne devons pas nous y opposer, car cela les renforcerait.

Laisser un commentaire